fbpx

Je suis Airbnb

Airbnb

par JmBnbe | Fev 01,2018 | Actualités

Il est révolu ce temps où nous profitions tous allègrement d’Airbnb… RIP mes vacances payées par d’autres voyageurs profitant de mon chez moi pendant que je profitais de leur chez eux… Quoique…

 

 

Du plomb dans les ailes

 

Airbnb et les grandes dérives qu’il a généré/amplifié ont soulevé plusieurs thématiques dont se sont (trop tôt ?) emparés nos chères autorités… La plus grande plateforme d’économie du partage se voit tirer du plomb dans les ailes depuis plus de deux ans et ce sont les hôte.sses bruxellois.es qui en patissent les premie.ères. 

La régularisation internationale d’Airbnb imposée par différents gouvernements pointant des dérives capitales comme justificatif à leurs actions, finira-t-elle par avoir raison du géant du partage ?

Il est vrai que certains entrepreneurs et/ou investisseurs véreux ne se sont pas gênés pour pousser l’exploitation de la plateforme à son paroxysme… Entraînant une série de dérives qui ne peuvent clairement pas être occultées : Crise du logement dans certaines régions, spéculation immobilière, sauvagerie festive de certains voyageurs créant des conflits entre voisins…

J’en passe et vous savez de quoi je parle.

 

 

Vendre la peau d’Airbnb avant de l’avoir tué

 

Pauvre Airbnb (?) La petite start-up qui avait débuté ses activités en louant un matelas gonflable lors d’un événement saisonnier à San-Francisco aura fait couler de l’encre… et des larmes (de joie et de colère)… et du sang ?

Comment se finira cette histoire de “rentre dans le rang” ?

Est-ce la mise à mort d’un titan qui se passe sous nos yeux ? Ou les gouvernements auraient-ils, malgré leurs beaux efforts (et intérêts ?), créé un terrain de jeu favorable aux plus viles personnes déjà prêtent à exploiter tout le potentiel d’une telle situation ?

En effet, les mesures prises dans ces régularisation visent à limiter des crises de logement existantes ou potentielles… Principalement générées par ces requins blindés aux as qui seront très certainement, à terme, les seuls à survivre à la mise en place de ces régulations.

Et oui ! c’est d’abord game over pour les plus petits, ceux sans réel moyen de lutter vue l’austérité de ces nouvelles réglementations.

La gestion d’un Airbnb à 25€/jour vaut-il le jeu du “rentre dans le rang” ?

Pas sûr… Soulevant une autre réflexion à laquelle chacun d’entre nous passera probablement plus d’une nuit à réfléchir.

Régulariser ou ne pas régulariser, telle est la question.

 

 

Mon dieu qu’avons-nous fait

 

Vont probablement se dire nos ministres d’ici peu. Combien de millions d’impositions et de taxes passés à la trappe ? Combien de haine générée chez leurs concitoyen.nes ? Et pour quoi ? La peur de s’engager dans une économie numérique..? Toujours repoussé à plus tard. S’accrochant à des systèmes obsolètes pour le plus grand dam de tous et la satisfaction temporaire de certains.

En effet, si nos autorités pensent avoir mis en place le moyen de lutter de la manière la plus efficace contre ces dérives et crises générées, certains experts vous parleront de vulnérabilité dans une législation trop autoritaire.

Ressemblant plus à un coupe gorge qu’à une envie de régulariser pour le bien de tous.

Ça fait pas plaisir !

Les plus opportunistes trouveront rapidement le moyen de s’infiltrer dans les quelques failles du système, comme toujours, pendant que tous les honnêtes gens se verront un à un retirer le droit de se créer une petite rentrée d’argent en bénéficiant de la technologie d’Airbnb.

M’enfin !

Et les dérives atteindront probablement alors un niveau auquel personne n’aura jamais pensé…

Car si tout le monde sait que le secteur hôtelier bruxellois a “plus ou moins” fait pression sur les instigateurs de ces mesures, tout le monde se rendra vite aussi compte que de cette manière le secteur hôtelier aura finalement lui-même, probablement par avidité, créé son boss final des internets et qui ne fera qu’une bouchée de ses vieilles habitudes défraîchies.

 

 

Je suis Airbnb

 

Il me semble que l’importance que ces nouvelles réglementations prendront, dans un avenir plus ou moins proche, et sans ajustements de celle-ci, définira une nouvelle plateforme.

Transformant, le plaisir d’accueillir des voyageurs par des locaux différemment et complémentaire à l’offre du secteur hôtelier en une véritable industrie de promoteurs qui grâce à la technologie fournie par Airbnb, auront vite faits de prendre l’avantage sur de petits hôteliers misant encore sur leurs propres moyens de gérer leurs entreprises.

Les gouvernements et réfractaires au 3.0 et à l’économie du partage auront créé leur propre némésis qui aura, à terme, raison d’eux. Airbnb, lui sortira probablement grand vainqueur.

Et nous autres, pauvres hôte.sses nous nous souviendront du temps où Svetlana avait renversé du vin sur le napperon que mamie avait offert à Noël deux ans plus tôt et nous sourirons amèrement.

Si l’impact qu’aura eu Airbnb sur l’industrie hôtelière a explosé les espérances et/ou les craintes de chacun ; ce à quoi Airbnb ressemblera d’ici peu ne dépend déjà plus de sa communauté, ni de son corps d’oeuvre…

Quoique…

Et vous, que pensez-vous de cette situation ? Dites-nous tout !