fbpx

Interview : Comment un contrôle a mis un terme à mon airbnb 

contrôle

par Bsbnbe | Mar 22,2018 | BruxellesActualités

“ J’étais très bien côté sur airbnb : 4.7 étoiles. A côté du quartier européen. Avec que des bons commentaires. En six mois, je suis passé de 45€ à 65€ la nuit… Je pense que ça a attiré l’attention des contrôleuses. ”

 

Bnbe c’est de l’aide pour les hôtes et les hôtesses bruxelloises. Nous rencontrons beaucoup de personnes actives dans l’hébergement touristique. Amis ou connaissances, c’est toujours les mêmes questions qui reviennent : “ Comment il se passe ce contrôle ? Et les amendes, elles sont données directement ? T’en connais toi des hôtes ou des hôtesses qui se sont faites contrôlées ? ” Voici de quoi éclairer vos lanternes.

 

 

Un manque à gagner

 

A la deuxième bière, Dragan me confie : “ D’en parler ça me donne trop envie de le relouer et, cette fois, de le faire dans les nouvelles règles de l’art… Cette régularisation et toutes ces démarches c’est un vrai bâton dans les roues qu’on nous met alors que airbnb c’est juste du win-win. Un voyageur vit une expérience authentique, quasi unique même, et nous les hôtes on découvre de nouvelles cultures en obtenant une rémunération. Ca me manque…”

Dragan ne prend pas en compte le grand tableau et les dérives qu’a pu amplifier airbnb en région bruxelloise… “ Si ils ont légiféré sur le sujet c’est qu’il y a des intérêts en jeu bien plus grands que ceux des petits exploitants comme toi. ” lui dis-je.

 

 

Contrôle vite fait, bien fait

 

“ Elles sont passées le 24 Mars 2017. Contrôle ! J’étais pas là. J’habitais avec ma mère à l’époque et j’hébergeais des voyageurs aussi souvent que j’en avais l’occasion dans ma chambre qui est annexée à la maison. Ma famille est un peu vieux jeu, ça ne lui plaisait pas beaucoup. ”

“ C’est ma mère qui a ouvert aux contrôleuses… Elles ont demandé à rentrer pour constater le lieu dans lequel j’hébergeais des voyageurs. Mais ma mère les a renvoyées d’où elles venaient. Elle leur a dit que c’était mes affaires et qu’elle ne voulait rien avoir à faire avec elles. Elles lui ont dit que j’étais en irrégularité et que j’encourais une amende si je ne régularisais pas ma situation. Ca a fait flipper ma mère. Et on s’est pris la tête quand je suis rentré. ”

Dragan est un ami depuis peu. Quand je lui ai parlé de bnbe, il m’a directement dit qu’il s’était fait contrôler et qu’il avait dû arrêter son airbnb. J’ai sauté sur l’occasion pour lui demander une interview. Ce soir là il me raconte la brève mais intense histoire de sa première annonce airbnb.

 

Pour vivre heureux, vivons cachés

 

“ J’ai commencé en Septembre 2016. Elles sont passées 6 mois plus tard et ont laissé un avis de passage dans la boîte aux lettres en partant. ”

“ J’aurais quand même eu le temps de rencontrer plusieurs cultures différentes avec ce airbnb. Et surtout de me rendre compte que j’adore faire ça ! J’allais toujours chercher petits pains au chocolat et croissants chauds, cafés et jus d’orange pour le petit dèj. Souvent je mangeais avec mes invités. Franchement, je kiffais ! ”

“ J’étais vraiment aux petits soins, du coup, j’étais très bien côté sur airbnb : 4.7 étoiles. A côté du quartier européen. Avec que des bons commentaires. En six mois, je suis passé de 45€ à 65€ la nuit… Je pense que ça a attiré l’attention des contrôleuses. Il y avait d’autres airbnb dans ma rue à l’époque. La plupart d’entre eux y sont toujours et ont toujours une cote moins élevée que celle que j’avais… ”

Il prend un temps… Puis me raconte quelques anecdotes avec ces voyageurs. Il a l’air un peu nostalgique. Je lui paye une deuxième bière.

Baisser les bras ? Pas questions !

 

En la posant sur la table, je lui demande : “ Alors qu’est-ce que t’as fait ? ”

“ Pour moi, c’était hors de question de baisser comme ça les bras ! Je suis allé le lendemain à la commune pour obtenir les infos. Ils m’ont envoyé à l’urbanisme où on m’a dit que je pouvais bien continuer comme ça mais que je m’exposais à des risques et que tôt ou tard je finirais par payer… Je me suis renseigné sur tout ce qu’il y avait à faire… J’ai appelé le contact sur la lettre, Madame Virginie Rennotte. Elle a été super gentille et serviable avec moi… Mais elle m’a expliqué que les démarches de régularisation pouvait prendre plus de 4 mois et que je devais retirer mon annonce en attendant un avis favorable de la commune. ”

 

 

Bye bye airbnb

 

Il marque une pause. “ Toutes ces démarches à réaliser pour régulariser ton airbnb… T’es même pas sûr que tu pourras l’exploiter au final. Puis je sais pas si t’as vu mais y’a tellement de choses à respecter après… ” Je ris : “ Oui, oui je sais, ça va jusqu’au nombre de fourchettes à avoir dans ton tiroir ! ”

Il conclue : “ En plus, avec le fait que ma famille se dressait de plus en plus contre mon projet… J’ai laissé tomber ! OK ! Madame Rennotte m’a dit d’envoyer des preuves de la suppression de mon annonce, ce que j’ai fait. Des screenshots de chacune des pages d’annulation d’annonce airbnb, la confirmation, tout ! j’ai tout envoyé en spécifiant dans mon mail que j’arrêtais l’exploitation de mon hébergement touristique. Et voilà, c’était réglé ! Jamais eu de nouvelles. ”

Il se lève et je pense alors qu’il veut maintenant s’en aller. Je me lève avec lui.
Il demande : “ Qu’est ce que tu fais ? ”
Je réponds : “ Tu veux y aller ? ”
“ Non t’es fou ! Tu t’assois et je nous ramène à boire ! ”

Est-ce que l’histoire de Dragan vous rappelle quelque chose ? Est-ce que vous en avez plus appris sur comment se déroule un contrôle d’hébergement touristique à Bruxelles ? Est-ce que vous avez vous-mêmes été sujets à un contrôle ? Comment cela s’est-il déroulé ?

Dites-nous tout dans les commentaires 😉

Encore plus d’infos sur les contrôles et sanctions dans notre article : “ Les grandes dérives d’airbnb : Ca se passe chez nous ! ”